La vie de radeau : le réseau Deligny au quotidien – Jacques Lin

la vie de radeauRésumé :Cet après-midi, après une heure de marche et d’escalade par un chemin de charrette qui monte derrière la maison, nous avons goûté près d’une petite chapelle en ruine.
Puis je suis redescendu avec Janmari avant que le soleil ne disparaisse. Il est presque minuit ; Janmari pleure et remue dans son lit. A genoux, il se balance et geint doucement. A-t-il faim ? Est-il malade ? Janmari ne dit jamais rien ; il est profondément autiste. Il mord son pyjama et donne de grands coups de tête contre le mur. Je lui tends la main et l’invite à me guider. Il saisit mon bras et file vers la porte.

Je le rattrape pour le couvrir de force. Impatient, il heurte violemment le mur avec la tête. Le voilà grimpant, en trottinant sur le chemin qui monte vers le grand rocher. Le chemin devient sentier, puis c’est un étroit passage entre les buis et les chênes verts. Janmari file dans le noir. Je le suis comme je peux avec une lampe de poche. C’est le trajet de cet après midi. Nous arrivons au sommet, en pleine nuit, en plein vent glacial.
En quelques bonds, Janmari est à l’endroit où nous avons mangé les oranges cet après-midi. Preste, il remet à l’endroit les écorces d’orange laissées retournées. Tout est en ordre ; des éclats de rire et des claquements de mains résonnent dans la nuit. Nous redescendons vers la maison. Ce livre se lit comme un roman, mais il ne s’agit pas d’une fiction. Ce récit autobiographique retrace l’aventure extraordinaire d’un groupe formé dans les Cévennes, autour de Fernand Deligny qui accueillît, avec les moyens du bord, des autistes.
La Vie de radeau raconte le parcours exemplaire d’êtres humains, qui, contre vents et marées, tentèrent de créer un espace où il existe une vie meilleure pour tous. Cette expérience, toujours en cours, reste une exception dans la société actuelle qui ne tolère pas la différence.

Extraits :

p.54 : « Fernand Deligny, qui n’est jamais descendu dans l’île d’en bas, propose de tracer les trajets des gamins. Le pas des gamins patent dans un sens puis dans un autre, retournent en arrière et font des détours. Ils contournent un arbre, une pierre ou rien du tout – rien du tout à nos yeux -, mais pour ces gamins sans le langage, allez savoir … Pour nous qui parlons, le mot trajet a un sens; nous allons de la tente vers le feu pour préparer le café; trafet va de pair avec projet. Pour les déplacements des gamins, le mot trajet ne veut plus dire grand chose et Fernand Deligny propose à la place « ligne d’erre » qui convient mieux. »

p.55 : « Ces gamins sont dits ‘repliés sur eux-même », « indifférents à tout », « coupés du monde » … En transparence, à travers la pile de papiers tracés régulièrement apparaît une résille de petites lignes qui recouvrent la toile d’araignée de nos trajets et de nos activités mais sans jamais en déborder. Les abords du campement restent vierges de toute « ligne d’erre ». Comment se fait-il qu’aucun gamin pendant l’été n’a dépassé la limite de la toile d’araignée, alors que rien ni personne ne les en empêchait? Quand les gamins ne se déplacent pas, ils restent assis ou debout, à des endroits bien précis. Là encore c’est une surprise. En ajustant le tas de « ligne d’erre » sur la carte du fond, les endroits où les gamins restent le plus volontiers recouvrent les noeuds de nos trajets. C’est tout près de ces noeuds qu’ils demeurent un moment ou pendant des heures à se balancer, à manier un morceau de bois ou une ficelle, à regarder la paume de leur main ou à zieuter ce qui se passe autour. D’habitude une carte permet de retrouver un chemin déjà parcouru; là c’est le contraire, les cartes servent d’instruments qui permettent de voir ce qui ne se voit pas d’habitude. »

Publicités

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s